Etre Community Manager dans une Librairie indépendante !

Etre Community Manager dans une Librairie indépendante !

Tout le monde le sait, maintenant, un Community Manager (CM) est indispensable pour une entreprise. Même la Reine d’Angleterre en veut un ! Mais est-ce que TOUTES les entreprises ont vraiment besoins d’un CM ?

Aujourd’hui nous allons nous intéresser aux librairies indépendantes. Pourquoi ? Parce que ça m’intéresse, et si ça m’intéresse, ça va vous intéressera aussi.


La librairie avec un grand L

Si les librairies sont toujours d’actualité face aux e-commerces qui se sont développées en massent et qui proposent généralement des tarifs moins chers, c’est grâce à la loi Lang [loi relative qui instaure un prix unique du livre en France]. Adoptée en 1981, le prix du livre est le même partout, que vous l’achetiez chez le plus petit des libraires ou le plus gros des sites de vente sur Internet.

Combien de nouveautés y a-t-il chaque année ? Vous ne devinerez jamais… Il y en a 70 000, c’est-à-dire 200 par jour. Un chiffre énorme qui montre l’importance des librairies. Face à ce nombre, il est important d’avoir les conseils d’un libraire pour s’y retrouver.

Qu’en est-il de la communication ? À titre comparatif, les frais du personnel représentent 18% de la marge commerciale du libraire tandis que la communication ne représente que 0,5%. Autant dire que c’est peu, voire même très peu.

Les librairies sont-elles en déclins ? Eh bien non ! Le ratio d’ouvertures et fermetures des librairies en France est stable avec près de 200 à 300 ouvertures et fermetures chaque année…

Ce n’est cependant pas un métier qui vous rendra riche, la rentabilité d’une librairie indépendante est de 0,3%. On comprend mieux pourquoi le budget communication est revu à la baisse.

Les Librairies indépendantes

La France est le pays le mieux doté en librairie indépendante. En 2019, il y a environ 3200 librairies indépendantes en France.

Selon syndicat-librairie.fr. Qu’en est-t-il de l’emploi dans les librairies indépendantes ?

  • 2 fois plus d’emplois que dans les grandes surfaces culturelles.
  • 3 fois plus que dans la grande distribution.
  • 18 fois plus que dans le secteur de la vente en ligne, selon les chiffres de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD).

Notre ère du numérique et les grandes surfaces n’ont pas encore tuées les librairies. En 2017, les ventes ont chuté de 1,2% ce qui n’est pas énorme par rapport à d’autres secteur qui ont beaucoup plus souffert des e-commerces et du numérique en général, par exemple les magasins de vêtements.

On peut donc dire que la librairie est toujours dans la place,, mais est-ce que cela a seulement un rapport avec le prix unique des livres ? Je peux vous dire tout de suite que la réponse est non.

Ce qu’on ne retrouve pas sur Amazon ou autre e-commerce, et quelque fois qu’on ne retrouve pas non plus en grande surface, sont les relations humaines. Un libraire est là pour vous conseiller. Il peut aussi apporter une attention supplémentaire aux fidèles clients, en apprenant à les connaitre afin de leur proposer des livres qui correspondent au mieux à leurs goûts.

Se rendre dans une librairie indépendante est aussi un moment de plaisir. Avoir l’impression d’être dans un cocon, pouvoir feuilleter les livres, se balader dans les rayons et trouver une perle rare.  Ce n’est pas la même sensation que de surfer sur le Web ou d’être envahi de gens bruyants dans les grandes surfaces.

Les librairies indépendantes spécialisés.

Plus on se spécialise, plus la cible se réduit. C’est alors que le mot communauté prend tout son sens. Une communauté est, je le rappelle, un groupe d’êtres humains ayant des intérêts communs.

Dans une librairie générale, on retrouve une communauté qui aime le livre, mais elle se divise quand même en plusieurs autres groupes : ceux qui aiment les thrillers, les romans d’amour ou encore les mangas…

Il est donc dans l’intérêt d’une librairie spécialisée de créer une communauté très soudée et de l’étendre un maximum (villes alentours, département…) afin qu’elle se retrouve dans sa librairie plutôt qu’une autre.

Pour vous donner un exemple : 

À Cannes, il y a un Cultura, une librairie indépendante et une autre spécialisée dans le manga.

  • Certains fans de mangas sont habitués d’aller à Cultura car, depuis enfant, ils accompagnent leurs parents pour acheter des cadeaux de Noël. Ils n’ont donc pas à chercher bien loin pour acheter leurs mangas.
  • D’autres fans de mangas accompagnent, depuis tout petit, leurs grands-parents à la librairie générale. À chaque fois, ils leurs achètent un manga dans cette librairie. Plus tard, ils voudront acheter eux-mêmes leurs mangas et iront par automatisme à la librairie générale.
  • Et encore, d’autres fans ne voient pas l’intérêt de sortir pour acheter un livre car ils ont tout sur le net.

Pour conclure, la librairie spécialisée en mangas perd énormément de clients potentiels par manque de visibilité et d’intérêt.

D’ailleurs, saviez-vous que les librairies connaissent une petite baisse dans leur vente, alors que les ventes de mangas augmentent d’année en année ?

Après avoir fini de lire ma dernière partie « Qu’est-ce qu’un Community Manager (CM) peut apporter ? », je vous invite à lire l’article du Journal du Japon, « 2018 : premiers retours des libraires manga ». Nous avons un retour de la Directrice du Livre au sein de la Direction commerciale de la Fnac et de Christophe Lenain de la librairie indépendante spécialisé manga, Hayaku Shop. Un article très intéressant que je vous recommande fortement.

Qu’est-ce qu’un Community Manager (CM) peut apporter ?

Visibilité ! Créer des réseaux sociaux et publier du contenu spécifique pour chacun afin d’optimiser la visibilité de l’entreprise, c’est le rôle principal du CM.

Contacts ! Tout le monde est sur les réseaux, c’est un des meilleurs endroits pour faire des rencontres professionnelles et obtenir des opportunités.

Évènements ! Avec l’appui du responsable, bien sûr, il peut organiser des clubs de lecture, concours… Un Community Manager, c’est aussi ça. Alimenter ses réseaux avec des évènements. Les contacts aussi peuvent amener à l’organisation d’évènements. Faire venir un YouTubeur, créer un partenariat avec une enseigne de goodies pour faire gagner des lots… Le CM est un couteau suisse, il peut tout faire !

Réputation ! Un CM peut placer l’entreprise en tant qu’autorité dans son secteur, en alimentant un blog, un groupe Facebook… La réputation de l’entreprise sera accrue. Le fait de répondre aux commentaires, bon ou mauvais, est aussi un moyen d’améliorer la réputation d’une entreprise car le client se sentira valorisé et aura plus de respect.

Concurrence ! Un CM regarde ce que la concurrence fait et vous en fera un rapport détaillé : il travaille encore mieux qu’un agent de la CIA !

Analyse ! La finalité : analyser tout ce qui se passe autour de votre entreprise sur le net. Récolter tous les avis clients, l’impact des publications… Et vous faire un compte rendu afin de voir ce qui marche et les améliorations à faire. Enfin, le plus important (ou pas), l’impact sur les ventes.

Pour conclure, un CM est important dans presque tous les secteurs et notamment en librairie, qu’elles soient générales ou spécialisées. La concurrence fait que beaucoup de clients potentiels passent à côté sans jamais y entrer. Les bénéfices de 0,3% ne permettent peut-être pas l’embauche d’un Community Manager à temps plein mais pourquoi ne pas trouver un employé de librairie avec une formation en Community Management (comme moi !) ?

Céline Dubreuil.
Chibi-C

Le lien entre vous, votre passion et votre communauté.

Nos héros de mangas sont parfois plus humains que nous. Être un être humain, c’est le rôle du Community Manager et c’est ce que j’ai envie d’apporter à notre communauté, de l’humanité.

Parlez-moi de vos passions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *