Le jour où mon cerveau c’est mis en black-out

Le jour où mon cerveau c’est mis en black-out

Je m’en rappelle comme si c’était hier, il faut dire que c’était aujourd’hui, tout avait bien commencé : en forme, le café suffisamment fort pour sortir du coma un certain Vincent, trajet sur la route au top , petit ska japonnais ( musique on ne peu plus sympathique) pour me mettre du soleil dans la tête, d’agréable compagnons de route (ouai par contre c’était des femmes mes compagnons de route, mais bon pouvez vous brosser pour que j’écrive en inclusif, je suis déjas pas doué en français).

Bref une bonne journée, mais voilà je pose mon auguste fessier sur la chaise de la formation, et là le drame, un personnage maléfique à commencé a me parler de « pilier »,de sous-catégorie et là comme on dit , mon cerveau, pourtant plein de bonne volonté  a initié une fusion non contrôlée, le genre a faire passer Tchernobyl pour un agréable séjour touristique à la Bourboule.

Comme un pompier Russe j’ai  lutté (mais sans vodka, ce qui peut expliquer l’échec critique de la tentative, pourtant héroïque du sauvetage de mon cerveau). Encore une fois, comme à Tchernobyl , la « fuite » fut inévitable, avec pour effet désastreux, un incommensurable échec de l’exercice, donné par cet être malfaisant mais néanmoins charmant (non il ne s’habille pas en Prada). 

Et me voila cérébralement en position off, tous les voyants sont dans le rouge, mes neurones m’envoient des signaux contradictoires, bref c’est la panique à bord.

Alors me direz-vous , comment tu en es sortis ? Ce fut une lutte âpres et terrible, la fumée pouvait ce voir a des kilomètres, mes neurones courraient en hurlant dans l’espoir de sauver leurs âmes, et là elles virent une lueur d’espoir…

La correction de l’exercice était là, et le miracle s’accomplit, mon, cerveau put retrouver un fonctionnement normal, car il put constater que finalement ça ne faisait que 5 jours que mon modeste cortex cérébrale suivait la formation et qu’il y aurait d’autre cours, que rien n’était perdu et que tout ne faisait que commencer.

Ps: l’être malfaisant, mais néanmoins charmant (qui ne s’habille toujours pas en Prada) c’est révélé être un formateur efficace… Ouai quand je vous disais que mes neurones envoyés des donnés contradictoires, je ne plaisantais pas.

de olivier

remerciement a Marion  pour le relecture.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *